LES PREMIERS GUADELOUPEENS

guadeloupe, amerindiens, ciboneys Indiens Ciboneys, tels que vus par les archéologues - DR

C'est entre 4000 et 3000 avant JC que les îles de l'arc antillais se peuplèrent avec les Ciboneys qui s'étendirent jusqu'à Porto Rico.

Ces peuples "pré céramique" vivaient de petite pêche, de cueillette, ils ignoraient la poterie mais savaient polir pierre et os. Des vestiges en Martinique attestent de leur présence. En Guadeloupe le site le plus ancien est celui de "Morel zéro", au Moule, daté de 1500 avant JC. Cette période s'est prolongée jusque vers 800 voire 700 avant JC.

guadeloupe, amerindiens, huecoides, Village Huécoïde, ou Arawaks, moeurs similaires - DR

Entre temps, dès le deuxième millénaire avant JC a débuté un nouveau mode de vie, fondé non plus sur la cueillette mais sur la culture de tubercules, surtout le manioc. Ces populations ont également commencé à travailler la poterie. Peuples sédentaires, connus comme Huécoïdes (nommés ainsi d'après le site de "La Hueca" à Porto Rico), ils vivaient en villages organisés dans la région de l'embouchure de l'Orénoque, dans l'actuel Venezuela.

Ils ont commencé à s'étendre vers 500 avant JC, leur présence est attestée à Trinidad et ils se sont répandus sur l'arc antillais via la Grenade.

Ils ont introduit leur mode de vie, notamment l'agriculture, en particulier le manioc mais aussi l'ananas, le maïs, le coton. Ils sont passé sur toutes les îles jusqu'à Porto Rico.

Malgré les vestiges, le devenir de ces divers types Huécoïdes n'est pas clair, ni leurs liens avec les occupants suivants, pourtant très semblables.

guadeloupe, amerindien, arawak, village arawak Village Arawak - DR

Car c'est à, ce moment, entre 300 avant JC et 700 après JC qu'eut lieu le peuplement qui laissa le plus de traces dans les petites Antilles, celui des Arawaks (également connus sous le nom de Taïnos = noble) qui, pour certains experts, fait partie de l'ensemble Huécoïde. Ils ont clairement constitué le groupe le plus évolué de cette zone avec une organisation économique, sociale, religieuse remarquable. Leur présence est attestée par des vestiges sur la Grande-Terre notamment sur le site de Morel au Moule, à Saint-François vers l'anse à la Gourde et la Pointe des Pies. En Basse-Terre Trois-Rivières est un site majeur avec les Roches Gravées mais aussi Grande Anse, d'autres roches sur la rivière de Plessis entre Vieux Habitants et Baillif, l'allée Dumanoir et l'habitation Derussy.

Les différents sites montrent que les Arawaks vivaient en communauté, en villages, surtout près des rivières mais à basse altitude. Leur mode de vie, enrichi par une autre phase migratoire dite "Caliviny", probablement originaire de l'Amazone, perdura jusqu'au VIIIème siècle.

guadeloupe, amerindiens, arawak Famille Arawak - DR

Roches gravées à Trois Rivières

guadeloupe, amerindien, karib, caraibe Famille d'indiens Karibs - John Gabriel Stedman

A cette époque, venant comme les Arawaks de l'Orénoque, des Indiens, excellents navigateurs, ont progressé d'île en île pour atteindre l'archipel. Appelés Karibs, ou Kalinas (=guerriers), ils sont conquérants et virent vite à bout des paisibles Arawaks. Ils ont eu tendance à épargner les femmes, pour des raisons évidentes, ce qui donna un mélange de coutumes et de langages remarqué par la suite. Ils ont eu d'après certains historiens des pratiques cannibales, ce mot espagnol étant alors dérivé de leur appellation Kalinas.

Emerveillés par les chutes d'eau de la Basse Terre, ils baptisèrent le lieu du nom de Caloucaera, devenu Karukera, "L'île aux belles eaux". Peu de traces tangibles de leur mode de vie subsistent, mais ils résidèrent sans partage sur l'archipel jusqu'en 1493, au début de novembre.

Sites précolombiens, présence espagnole

guadeloupe, histoire, carte archeologie, colomb Sites historiques précolombiens et espagnols

L'ERE ESPAGNOLE

L'arrivée de Christophe Colomb à Sainte Marie. Tableau de G. Gaudez, ECOMUSEE, Sainte Rose